MP1_449
Portail de la cathédrale de Puno construite au 16ème. Sa façade fut sculptée par le maître tailleur
de pierres péruvien Simon de Asto. C’est un exemple du baroque espagnol auquel se mêlent
des éléments andins, sans doute une influence de la civilisation Inca.
 

MP1_453

Ces belles péruviennes…On voit ici l’évolution en ce qui concerne le « portage » dans le dos…

MP1_456
On est monté dans les vélos-taxis qui vont nous emmener au port sur le lac Titicaca.

MP1_461
2 jeunes brésiliennes ravies de ce mode de transport.

MP1_462

Une petite péruvienne qui va nous accompagner sur le lac.

MP1_463
Voici enfin le Lac Titica qui s’étend devant nous :
Ce lac est très important dans la mythologie andine car, selon la légende, Manco Capac et
Mama Ocllo, enfants du dieu Soleil et fondateurs de l’empire Inca émergèrent de ses eaux.

Le Pérou et la Bolivie se partagent la souveraineté de ce lac navigable, le plus haut du monde
(3810 m).
Sa superficie est de 8562 km2, 204 km de long,
65 km de large et une profondeur maximum de 284 m.


Plus d'informations

MP1_465
Une vue sur le port avec en arrière-plan la ville de Puno

MP1_468
MP1_471 MP1_473
   Quelques belles vues sur le lac…

MP1_474 MP1_484 MP1_486

MP1_488
On arrive sur le territoire des Uros…
Les Uros sont un peuple disparu peuplant anciennement les îles flottantes du même nom,
dans la baie de Puno, sur le lac Titicaca.
Les Uros se sont éteints complètement,
dans les années 1950, abandonnant leurs terres de roseaux aux Indiens Aymaras de Puno.
Ces derniers occupent les îles flottantes à des fins touristiques,
et y perpétuent les traditions Uros.
Installés à six kilomètres de la ville de Puno, ils vivent sur un archipel de 35 îles flottantes
créées de toute pièce avec la Totora, une sorte de roseau qui pousse sur les bords du lac
et qui sert également à construire les habitations, le mobilier et les bateaux.
Chacune de ces îles est habitée par 7 à 8 familles. Ces Uro-Aymaras s’appellent eux-mêmes
« Kotsuña », le « Peuple Lac », et leurs origines remontent aux époques antérieures aux Incas.
Ils conservent la tradition de la pêche artisanale et de la chasse aux oiseaux sauvages.
Les hommes sont d’habiles conducteurs de radeaux de totora et les femmes
sont d’adroites tisseuses. Le climat froid et sec, caractéristique de la région,
y est atténué grâce à l’action constante de l’évaporation de l’eau du lac.


Plus d'informations

MP1_494 MP1_495 MP1_496
La visite des îles flottantes des Uros

MP1_507 MP1_500
On arrive sur l’une de ces îles…

MP1_502
Cette jolie petite Uros…

MP1_503
Juliana avec notre petite protégée

MP1_508
Joli visage avec ces beaux cheveux noirs coiffés en tresses…

MP1_510
Le coin cuisine

MP1_514
J’ai sympathisé avec notre guide Uros qui s’appelle Zacharias. Celui-ci nous a expliqué leur vie
sur ces îles, la manière de les construire et de les entretenir avec la Totora qui est liée en bottes
pour assurer un « sol » d’une épaisseur de 1m50. Ils boivent l’eau du lac et mangent la chair
qui est à l’intérieur de cette Totora qui les protège des maladies…
On est vraiment dans un autre monde et les échanges avec cette population sont passionnants.


MP1_519

J’ai pris place sur une barque des Uros pour me rendre sur une autre île.

MP1_521 MP1_522

MP1_526 MP1_530

MP1_524
L’école construite sur l’une de ces îles.

MP1_532
Retour vers Puno.

MP1_534
A nouveau les vélos-taxis.

MP1_535
Adieu à notre petite protégée qui a retrouvé sa maman et son petit frère.

MP1_540 MP1_541 MP1_546
On quitte Puno pour remonter sur l’Altiplano à plus de 4000 m.

MP1_547 MP1_551 MP1_552
On fait un arrêt dans la ville de Juliaca située à 50 km de Puno, qui est un centre commercial
important où se trouve l'aéroport et une université avec 3000 étudiants.

MP1_559 MP1_570 MP1_571

MP1_574 MP1_576 MP1_580

MP1_581 MP1_583 MP1_587
On retrouve les magnifiques paysages de l’Altiplano.
La population est composée de « Quechuas ». Il y a des troupeaux de vaches et de moutons.
Beaucoup de cultures, de petits lacs, des cours d’eau, des hameaux…
On suit la voix ferrée qui va de Puno à Cusco et qui monte jusqu’à 4300m.
On traverse de petites villes comme Ayaviri et Sicuani.
On rencontre également des troupeaux de lamas blancs.
Le coucher de soleil sur les montagnes est un magnifique spectacle.

Mais la nuit tombe et on arrive à Cusco vers 21h.

MP1_590 MP1_592